Avec un forcené

Le commandant : Qu’est-ce que vous voulez ?

Le forcené : Si je n’ai pas ce que je veux je fais tout péter.

Le commandant : Vous êtes déterminé et vous voudriez qu’on vous prenne au sérieux ?

Le forcené : Il y a jamais personne qui m’écoute alors je veux parler au Président de la République !

Le commandant : Vous voulez être sûr de pouvoir être entendu ?

Le forcené : je veux quelqu’un qui a tous les pouvoirs !

Le commandant : Vous voulez être sûr d’obtenir tout ce que vous demanderez ?

Le forcené : Oui, et j’aimerais que vous vous grouilliez car je vous laisse 2 heures maintenant !

Le commandant : Vous n’avez pas envie que ça traine ?

Le forcené : Oui, vous me faites perdre mon temps !

Le commandant : Vous voulez être sûr qu’on fait le nécessaire ?

Le forcené : Oui et vous n’avez toujours pas commencé et il vous reste 1 heure 50.

Le commandant : Je suis incapable de commencer vous voulez savoir pourquoi ?

Le forcené : Oui…

Le commandant : Le Président ne parle pas à des terroristes !

Le forcené : Quand j’aurais fait tout sauter, il réfléchira !

Le commandant : Vous avez du mal à croire que le Président ne viendra pas !

Le forcené : C’est votre problème !

Le commandant : Vous voudriez être sûr qu’on fait le maximum ?

Le forcené : Oui mais je vois rien venir !

Le commandant : Vous avez du mal à réaliser qu’il ne viendra pas ?

Le forcené : Vous aurez des morts sur la conscience ! Et lui aussi !

Le commandant : Vous êtes décidé et vous voulez vraiment avoir ce que vous voulez !

Le forcené : Oui

Le commandant : je peux peut être vous l’obtenir si vous me dites ce que vous voulez ?

Le forcené : Je veux qu’on me rende mon boulot et mon appartement ?

Le commandant : Vous voulez qu’on vous rende votre studio et votre boulot de jardinier.

Le forcené : Oui.

Le commandant : Vous voulez retrouver une vie comme avant ?

Le forcené : Oui, il ne fallait pas qu’ils me foutent dehors !

Le commandant : Vous voulez retrouver votre place ?

Le forcené : oui, je m’en sortais très bien.

Le commandant : vous voulez vraiment retrouver un équilibre car dans la rue, c’est dur ?

Le forcené : oui

Le commandant : vous savez plus trop où aller ?

Le forcené : oui

Le commandant : je suis rassuré de savoir ce que vous voulez car je vais pouvoir vous aider. Vous voulez que je vous explique comment?

Le forcené : ouais

Le commandant : On va aller voir ensemble une assistante sociale qui vous aidera à trouver du boulot et un logement.

Le forcené : Faites la venir maintenant ! Je ne lâcherai personne car je veux des garanties.

Le commandant : Vous voudriez être sûr qu’on va vraiment vous aider ?

Le forcené : oui

Le commandant : Je suis décidé à vous aider mais l’assistante sociale ne viendra pas tant que vous aurez des otages.

Le forcené : Va te faire foutre, tu n’as rien compris ?

Le commandant : Vous craquez, vous voudriez vraiment qu’on comprenne.

Le forcené : Oui

Le commandant : Qu’est-ce que vous voulez alors ?

Le forcené : Tu fais chier, je viens de te le dire il y a 2 minutes ! Il faut que tu te sortes les doigts du cul.

Le commandant : Je veux bien faire ce que vous voulez mais je ne peux pas.

Le forcené : Dommage !

Le commandant : Vous êtes déçu ?

Le forcené : Toi t’es con ?

Le commandant : Vous ne voulez plus me parler ?

Le forcené : Si tu n’as rien à proposer, qu’est-ce que tu veux que je te dise !

Le commandant : Je vous propose de libérer les otages maintenant pour avoir des circonstances atténuantes devant un juge  pour que vous puissiez ensuite retrouver du travail et un appartement.

Le forcené : Qu’est ce qui me dit que j’aurais des circonstances atténuantes et qu’on va m’aider après ?

Le commandant : Nos conversations sont enregistrées, vos bonnes raisons permettront au juge d’être moins dur et on vous mettra en relation avec les bonnes personnes pour que vous vous en sortiez car personne ne voudrait que tu recommences. Donc il faut libérer les otages maintenant, ok? 

Le forcené : Ok, mais je te préviens, si personne ne me tend la main, je finirais par me suicider.

Le commandant : Je sais que vous voulez vraiment vous en sortir, on va vous aider, allez venez.

Le forcené libèrera quelques minutes plus tard les otages sans violence.

Bouton méthod

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :